L’autopartage en Belgique est sorti de la phase d’innovation

20/01/2022

Le nombre de personnes recourant à l’autopartage a presque septuplé au cours des cinq dernières années. On compte désormais 194 000 utilisateurs de voitures partagées. Et ce n’est qu’un début, selon Autodelen.net. Aujourd’hui, 2,5 % des Belges titulaires du permis de conduire pratiquent déjà l’autopartage (8 % même à Bruxelles) et le secteur automobile propose aussi de plus en plus souvent des voitures partagées. Tous les chiffres, faits et tendances de 2021 se trouvent dans le rapport annuel d’Autodelen.net publié aujourd’hui.

Près de 200 000 personnes recourant à l’autopartage

Ces cinq dernières années, le nombre de personnes recourant à l’autopartage a presque été multiplié par sept. Fin 2021, l’autopartage en Belgique comptait 194 000 utilisateurs qui partageaient plus de 4 600 voitures. Il s’agit d’une augmentation de respectivement 30 % et 20 % par rapport à 2020. La plus forte hausse du nombre de personnes recourant à l’autopartage (+50 %) a été observée en Flandre, où l’on dénombre plus de 122 000 membres. Dans les autres Régions, l’augmentation est légèrement moins spectaculaire. En Wallonie, le nombre de personnes recourant à l’autopartage a progressé de 24 % pour atteindre environ 8 200 personnes. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, on compte plus de 63 000 personnes recourant à l’autopartage (+6 %).

L’autopartage en free floating compte le plus de membres et l’autopartage en round trip le plus d’utilisateurs actifs

L’autopartage en free floating compte le plus de membres (112 000), suivi par l’autopartage en round trip (65 000) et l’autopartage entre particuliers à coûts partagés (16 000). Toutefois, si l’on considère le nombre d’utilisateurs actifs, c’est l’autopartage en round trip qui obtient les meilleurs résultats, avec 48 000 membres ayant utilisé une voiture partagée au moins une fois en 2021. Cela représente 73 % de tous les personnes recourant à l’autopartage en round trip. Bien que le nombre de clients des opérateurs d’autopartage en free floating soit presque deux fois plus élevé que celui des opérateurs d’autopartage en round trip, le nombre d’utilisateurs actifs, qui s’élève à 35 000 (soit 31 % de l’ensemble des personnes recourant à l’autopartage en free floating), est considérablement plus bas. L’autopartage entre particuliers compte 5 000 utilisateurs actifs (32 % de l’ensemble des personnes recourant à ce système)

66 allers-retours entre la terre et la lune

Les près de 200 000 personnes recourant à l’autopartage ont effectué plus d’1,1 million de déplacements avec une voiture partagée entre le 1er janvier et le 1er décembre 2021. Sachant que la distance moyenne de ces trajets était de 46 km, près de 51 millions de kilomètres ont été parcourus avec des voitures partagées en 2021. Cela représente 1 300 tours du monde à l’équateur, ou 66 allers-retours entre la terre et la lune. Par rapport à 2020, 56 % de trajets en plus ont été effectués avec une voiture partagée (1 107 390 contre 709 755 trajets). Les périodes successives de confinement en 2020 expliquent très probablement en grande partie cette situation.  

L’autopartage se généralise et va connaître une croissance spectaculaire les prochaines années

2,5 % des Belges titulaires du permis de conduire pratiquent déjà l’autopartage. Cela signifie que le concept est sorti de la phase d’innovation. L’autopartage se trouve aujourd’hui dans la phase des pionniers, ou « early adopters ». Cette phase se caractérise par une croissance spectaculaire de l’utilisation ou de la vente d’un produit. En particulier à Bruxelles et en Flandre, où respectivement 8 % et 2,7 % des titulaires du permis de conduire se livrent déjà à l’autopartage, Autodelen.net prévoit une croissance exponentielle du concept dans les années qui viennent. D’autant plus que nombre de politiques régionales et fédérales doivent faire (feront) prendre de l’ampleur à l’autopartage, comme le Pacte local énergie-climat de la Flandre et l’annonce d’une résolution fédérale sur l’autopartage. De même, le télétravail obligatoire pendant la crise liée au coronavirus offre des possibilités d’autopartage. Mais laissons la parole à Jeffrey Matthijs, porte-parole d’Autodelen.net : « Plus de la moitié des employeurs souhaitent continuer à stimuler le télétravail à l’avenir. Sachant qu’une voiture privée n’est actuellement utilisée que 34,5 minutes par jour, nous pouvons affirmer que la chance de convaincre le Belge de se mettre davantage à l’autopartage n’a jamais été aussi élevée et que le moment n’a jamais été aussi propice. »

Le secteur automobile voit le potentiel de l’autopartage

Ce n’est pas un hasard si les deux nouvelles initiatives d’autopartage (Claus2you et Flexigo) de 2021 émanent de garagistes locaux. En 2016, Houttequiet a été le premier garage à lancer le concept d’autopartage auprès de ses clients, sous la marque Stapp.in. En 2018, D’Ieteren, le plus grand importateur et détaillant de véhicules en Belgique, s’est lancé sur le marché de l’autopartage avec la plateforme free floating Poppy et, en 2019, le groupe Valckenier a fondé SHARE Mobility. Grâce à un système de franchise des initiatives ci-dessus, 20 garagistes locaux proposent aujourd’hui des voitures partagées.

Cette tendance est appelée à se poursuivre, car le modèle économique des garagistes est de plus en plus sous pression. En raison de l’irréversible électrification du parc automobile belge, les revenus liés à l’entretien baissent systématiquement. On constate par ailleurs qu’au cours des 25 dernières années, les ventes de voitures n’ont jamais été aussi basses qu’en 2021. Le concessionnaire automobile local de l’avenir devra donc se réinventer et se transformer progressivement en un opérateur de mobilité.

Nouvelles connexes